Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ma vidéothèque idéale: Bienvenue Mr Chance (Hal Ashby)

    Hal Ashby (1929-1988), hélas négligé dans les rétrospectives, a connu son apogée artistique et commerciale dans les années 70. Qui aime cette période du cinéma américain, décrite par Peter Biskind dans Le Nouvel Hollywood, connaît sûrement Harold et Maude, Shampoo, Le retour ou l’excellent La dernière corvée avec Jack Nicholson (chroniqué dans nos pages). Ayant commencé comme monteur sur de nombreux films (Dans la chaleur de la nuit de Jewison), Ashby a réussi à s’imposer comme cinéaste en conjuguant sens du découpage et direction d’acteur. Il était de plus en phase avec les idéaux libertaires de ces années. Son déclin à Hollywood, causé par les drogues, coïncide aussi avec l’arrivée d’un cinéma plus simpliste et beaucoup moins artiste. Dans son œuvre, il y a ce bijou de comédie noire qu’est Bienvenue Mr Chance (Being there), que j’ai découvert il y a plus de 10 ans, lors d’une séance à la Pagode où il avait été présenté par Antoine de Caunes. Je le revois depuis régulièrement, redécouvrant ses nombreuses richesses.

    Lire la suite

  • Barbara (Mathieu Amalric)

    Alors Barbara de Mathieu Amalric, biopic, pas biopic, anti-biopic ? Un peu de tout ça en fait. Le cinéma contemporain est tellement plein de films biographiques de toute sorte et de qualité variable qu’on se demande si cette mode ne traduit pas un vrai manque de créativité. Après, le genre connaît des ratés et de franches réussites. Le Snowden d’Oliver Stone par exemple, d’un ennui ! Jackie de Pablo Larrain, un film marquant. On pourrait remonter au splendide Mishima : A life in four chapters de Paul Schrader, qui dialogue avec l’œuvre de l’écrivain japonais. J’avancerais que « biopic » est devenu dans la bouche des critiques un terme quasi péjoratif désignant les bios bateau à tendance hagiographique,  donc quand c’est réussi c’est forcément autre chose qu’un biopic…

    Lire la suite

  • le redoutable (Michel Hazanavicius)

    Le redoutable, c’est un portrait de Godard par Michel Hazanavicius à une période charnière de la vie du réalisateur franco-suisse. Il vient de se marier avec Anne Wiazemsky. Il sort de l’échec public et critique de la Chinoise (1967). Mai 1968, ses utopies, ses causes, l’emportent  à gauche. Elles le conduisent à renier son œuvre passée, magistrale (A bout de souffle, Bande à part, Pierrot le Fou, entre autres) pour un cinéma « sans histoire, sans scénario, sans acteur… » au sein du collectif Dziga Vertov. Godard n’aurait eu que le mot « révolution » à la bouche à cette époque. J’emploie le conditionnel car le film doit se regarder comme une parodie de Godard, un miroir grossissant et comique de JLG, de son style, de son humour, de ses obsessions anti-bourgeoises. Pour cela, Hazanavicius emploie un Louis Garrel zozotant, plutôt amusant face à une Stacy Martin un peu fade, dans le rôle sous-écrit de Wiazemsky. Ils évoluent dans les décors (appartements bourgeois, plages) utilisés comme des clins d’œil aux films et  l’univers esthétique de Godard.

    Lire la suite

  • The Warriors (Walter Hill)

    Walter Hill encore sur notre site : après le savoureux Southern comfort (1981) et The driver (1978) évoqués ici, voici The Warriors (1979) ! Avec ces premiers films, Walter Hill, moins une référence en France que John Carpenter pour le cinéma de genre, se montre un petit maître du film d’action sans grands moyens ni stars. Par son budget modeste,  son ambiance et son scénario calqué sur le western, The Warriors est proche d’un film comme Assaut (Assault on precinct 13), réalisé en 1976, qui montre aussi des gangs de jeunes délinquants. C’est un pendant new-yorkais du film de Carpenter qui lui se déroule à Los Angeles. Ici, tous les gangs convergent vers le Bronx pour écouter le chef du gang dominant, les Riffs. Mais le congrès des petites frappes ne se passe pas comme prévu et les Warriors, menés par Swan (Michael Beck), sont pris en chasse par tous les loubards de la ville. Pour rentrer chez lui à Coney Island, le petit groupe doit traverser tous les quartiers de la ville à ses risques et périls. C’est le Far west avec les autres bandes jouant le rôle des indiens et les flics en embuscade qui sont comme des tuniques bleues.

    Lire la suite