Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • The square (Ruben Östlund)

    The square est un carré aux bords lumineux placé devant un musée d’art contemporain de Stockholm. C’est une œuvre conceptuelle se présentant comme espace de générosité et d’altruisme. A l’intérieur, les êtres humains se retrouvent égaux. Christian (Claes Bang), conservateur du musée, se réjouit de questionner la capacité de l’individu occidental à faire preuve de bonté. Mais le film est une critique sociale qui se veut corrosive. Notre bourgeois suédois « éclairé » se retrouve donc face à ses contradictions. Dans la rue, il croit aider une jeune femme agressée mais se fait voler son portefeuille et son téléphone. Il parvient à géo-localiser son téléphone dans un immeuble d’un quartier pauvre de la capitale. Au lieu d’interpeller ses voleurs, il dépose dans toutes les boîtes de l’immeuble une accusation de vol. Cette démarche présentée comme lâche va lui revenir comme un boomerang et le plonger dans le désarroi. Pendant 2H30, Ruben Östlund nous aura dit tout le mal qu’il pense du bobo suédois et de cette société social-démocrate faussement généreuse.

    Lire la suite

  • Le jeune Karl Marx (Raoul Peck)

    Le jeune Karl Marx de Raoul Peck, j’aurais aimé le porter aux nues. Parce que son film précédent, I am not your negro est un documentaire stimulant sur la question raciale aux Etats-Unis. Parce que l’Ecole du pouvoir, téléfilm sur l’ENA, est remarquable.

    Lire la suite

  • Detroit (Kathryn Bigelow)

    Depuis trois films, avec l’aide du scénariste Mark Boal, Kathryn Bigelow est devenue la cinéaste des guerres perdues et des reconstructions difficiles. Les combats que mènent ses personnages sont âpres et désespérés. Inscrits dans la contingence, ils ne donnent le choix que de faire le mieux possible et de survivre. On ne peut pas parler de héros tant ils sont « enfermés » dans des situations. Dans The hurt locker (2008), le sergent William James (Jeremy Renner), coincé dans Bagdad et dans son scaphandre de démineur tente jour après jour d’échapper à la mort. Isolée dans les bunkers de la CIA de Zero Dark Thirty (2013), Maya (Jessica Chastain), porte le fardeau d’une guerre interminable aux terroristes, qui débouchera miraculeusement sur l’élimination de Ben Laden. Quant aux jeunes noirs du Algiers Motel dans Detroit, ils sont les victimes d’un interminable huis-clos mortel qui symbolise l'enfermement dans leur propre pays. On peut parler de cinéma post-héroïque tant Bigelow se refuse à toute célébration de ses « héros ». Ses films sont désenchantés, secs et sans lyrisme. Ses personnages sont des victimes de guerre appelées à surmonter un traumatisme. Larry Cleveland, chanteur meurtri des Dramatics, en est le dernier rejeton, sobrement interprété par Algee Smith.

    Lire la suite