Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ciné-club ambulant, voyage en cinéphilie

  • Panthéon intergalactique

    Un palmarès, un top, une liste. Rémi Oudghiri en parle dans son livre récent Ces adultes qui ne grandiront jamais (Editions Arkhê), que je vous conseille. Nous nous comportons parfois en grands enfants nostalgiques faisant revivre le passé à coups de listes, pour ne pas l’oublier. Ce palmarès de mes films préférés se confond en partie avec mon enfance. La dernière séance sur la 3, les Dossiers de l’écran, le film du dimanche soir, celui du mardi sur la 3, quand le cinéma avait plus de place à la télévision. Les années 80, ça n’était pas si mal pour découvrir des films. Le nombre de fois que j’ai vu ceux de Sergio Leone grâce à la TV, même des Truffaut ! On passait des films comme Rosemary’s baby sur la une… avant la privatisation. 100 films que je recommande pour se faire une culture cinéma mais il en manque tellement et pour certains il a fallu s’y reprendre avant d’apprécier. La première fois, Citizen Kane m’a paru complètement surestimé, Taxi driver excessivement glauque et A bout de souffle, je n’ai jamais vraiment aimé alors il y a des manques et puis il faudrait caser la moitié d’Hitchcock, de Fritz Lang et de Fellini dedans mais sacrifier des films qu’on aime beaucoup plus. Exercice impossible.

    Donc dans les 50 premiers, une majorité de films que je conseillerais à un apprenti cinéphile. Dans les 50 suivants davantage de place au plaisir : la Party, Bienvenue Mr Chance, les 7 mercenaires, Peau d’âne, Soleil vert… Pas de Star wars ? Bah non, j’aime bien et ça a toute sa place dans l’histoire mondiale du cinéma mais je peux vivre quinze ans sans avoir envie de revoir la saga.

    Une liste, pour revoir encore et encore tous ces films…

    Lire la suite

  • Wake in fright de Ted Kotcheff

    Ted Kotcheff ? Le gars qui a réalisé Rambo first blood ? Quand sort Wake in fright (titre français : Réveil dans la terreur) en Australie en 1971, le réalisateur canadien a déjà plus de 10 ans de réalisation TV et cinéma derrière lui. Ce n’est pas un débutant, on le voit au registre percutant de ce film, marqué par un style très Nouvel Hollywood. On regarde attentivement sa filmographie sur IMDB et on voit des choses intéressantes, dont on a entendu parler : l’Apprentissage de Dudy Kravitz (1974), Fun with Dick and Jane (1977) dont un remake sera fait avec Jim Carrey. Une carrière bien remplie donc jusqu’à Rambo, plutôt meilleure avant qu’après Sylvester Stallone. Wake in fright est sorti en réédition DVD en juillet 2015 et j’avais repéré les nombreux éloges sur ce film, décrit par certains critiques comme une révélation.

    Je me méfie toujours des soi-disant chefs-d’œuvre perdus et autres films cultes mais là, quelle découverte que ce film ! Par un lent travelling panoramique, il nous dépose dans l’outback australien, zone aride qui couvre plus des deux-tiers du pays. Région hostile dont les couleurs orangées et ocre sont magnifiées par la photographie du film. Tiboonda : village perdu dans lequel enseigne un jeune instituteur, John Grant (Gary Bond). C’est Noël et il va prendre le train puis l’avion pour Sydney où l’attend sa fiancée. Il rejoint la ville minière de Bundanyabba, y passe la nuit en attendant son avion du lendemain. Mais tout se dérègle et il  perd tout son argent au jeu. Il n’arrive plus à quitter « Yabba » et ses habitants. L’intellectuel coincé dans l’arrière-pays australien est frappé d’un sortilège qui le bloque au pays des ploucs alcoolisés !

    Lire la suite

  • Ma vidéothèque idéale : il grido de Michelangelo Antonioni

    Venant après le très beau et triste Le amiche (1955), il grido – le cri en italien – précède la période plus « radicale » de Michelangelo Antonioni, celle de l’Avventura (1960) à partir de laquelle ses scénarios seront plus nébuleux, moins linéaires. Le cri est donc, si on peut dire, le dernier film « classique » du maître italien. Le sujet est comme souvent avec lui d’un profond pessimisme : Irma (Alida Valli) apprend que son mari, immigré depuis plusieurs années en Australie, est mort. Cet événement, au lieu de sceller sa liaison avec un ouvrier, Aldo (Steve Cochran) dont elle a eu une fille, accélère leur séparation. Elle avoue à Aldo qu’elle fréquente un autre homme. Aldo, désemparé, emmène sa fille Rosina avec lui et dérive lentement, de lieu en lieu, de femme en femme, sans espoir.

    Lire la suite