Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ciné-club : Un été avec Monika (Bergman)

    Je découvre Un été avec Monika (Sommaren med Monika) d’Ingmar Bergman maintenant, alors que je n’ai jamais été un familier du cinéma du maître suédois. J’ai vu il y a longtemps mais sans passion Le Septième sceau, Les Fraises sauvages mais pas plus, honte sur moi ! Or passer un été avec Monika a été un véritable délice, je l’avoue. Le film est empli de la sensualité et de la jeunesse de son personnage principal Monika (Harriet Andersson). Cette jeune femme, travaillant pour un épicier rencontre Harry (Lars Ekborg), du même âge et de la même condition modeste que lui. Vibrant du même désir et de l’envie de fuir cette société morne et contraignante des adultes, ils prennent tous deux le bateau pour un rivage sauvage, le temps d’un été. L’échappée amoureuse est le versant lumineux du film qui connaîtra ensuite un dénouement plus sombre, plus cruel. Après le temps des sens et de l’insouciance, celui de la désillusion entre deux êtres qui ne partageront plus les mêmes aspirations. Monika est une jeune femme sensuelle, dominée par ses rêves et ses désirs (elle entraîne Harry au cinéma), qui veut prolonger l’été le plus possible. Harry, moins fougueux que sa compagne, reprend un travail, des cours du soir et économise pour garantir au couple des jours meilleurs.

    Lire la suite

  • Borg/McEnroe (Janus Metz Pedersen)

    Un dimanche de pluie comme aujourd’hui, on peut aller au cinéma voir le très plaisant Borg/McEnroe du danois Janus Metz Pedersen comme on suivrait un bon match de tennis à la TV. Je ne crois pas au tennis comme sport de cinéma, je ne vois pas un film qui le prouverait. Le tennis, sport roi de la classe moyenne, n’a pas la force populaire ni la simplicité de la boxe. Le court plus large que le ring et l’absence de contact physique entre adversaires rend sa mise en scène plus compliquée. Pour nous rappeler la finale mythique de Wimbledon 1980 entre Borg et McEnroe, il fallait donc s’appuyer sur autre chose que l’affrontement sur le court : la fameuse opposition psychologique.

    Lire la suite

  • A beautiful day (Lynne Ramsay)

    Voilà un film qui ne peut pas faire consensus. A beautiful day (You were never really here) allie sophistication visuelle et sonore, violence barbare et intrigue simplissime. Le scénario de Lynne Ramsay tient sur un ticket de métro : c’est l’histoire de Joe (Joaquin Phoenix), vétéran du Golfe vivant chez sa mère, qui sauve des adolescentes des griffes de pédophiles. Il les sauve à coups de marteau dans la tronche des pervers. Là, il doit ramener Nina (Ekaterina Samsonov), fille fugueuse du sénateur Votto (Alex Manette). Le festival de Cannes a récompensé le scénario, il aurait été plus pertinent de lui donner le prix de la mise en scène.

    Lire la suite