Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ciné-club ambulant, voyage en cinéphilie - Page 3

  • Detroit (Kathryn Bigelow)

    Depuis trois films, avec l’aide du scénariste Mark Boal, Kathryn Bigelow est devenue la cinéaste des guerres perdues et des reconstructions difficiles. Les combats que mènent ses personnages sont âpres et désespérés. Inscrits dans la contingence, ils ne donnent le choix que de faire le mieux possible et de survivre. On ne peut pas parler de héros tant ils sont « enfermés » dans des situations. Dans The hurt locker (2008), le sergent William James (Jeremy Renner), coincé dans Bagdad et dans son scaphandre de démineur tente jour après jour d’échapper à la mort. Isolée dans les bunkers de la CIA de Zero Dark Thirty (2013), Maya (Jessica Chastain), porte le fardeau d’une guerre interminable aux terroristes, qui débouchera miraculeusement sur l’élimination de Ben Laden. Quant aux jeunes noirs du Algiers Motel dans Detroit, ils sont les victimes d’un interminable huis-clos mortel qui symbolise l'enfermement dans leur propre pays. On peut parler de cinéma post-héroïque tant Bigelow se refuse à toute célébration de ses « héros ». Ses films sont désenchantés, secs et sans lyrisme. Ses personnages sont des victimes de guerre appelées à surmonter un traumatisme. Larry Cleveland, chanteur meurtri des Dramatics, en est le dernier rejeton, sobrement interprété par Algee Smith.

    Lire la suite

  • Faute d’amour (Andrei Zviaguintsev)

    On souligne à raison la beauté des plans, le filmage rigoureux de Zviaguintsev déjà apprécié dans le Retour ou Leviathan. Il est vrai que son dernier film ne manque pas de minutieux travellings dans des intérieurs ou des paysages de forêt. Mais ce n’est pas la beauté que je retiens de ce film mais plutôt son caractère dur, acerbe, au vitriol. Faute d’amour ou Loveless porte bien son titre. Non seulement ses personnages principaux sont incapables d’amour mais le spectateur lui-même ne peut les aimer. Le jeune Aliocha, 12 ans, est l’enfant d’un couple en voie de divorce. Boris (Aleksey Rozin) et Zhenya (Maryana Spivak) ont refait leur vie et ne pensent plus qu’à liquider les restes de leur mariage. Ils se fichent de ce garçon qui symbolise l’échec de leur vie de couple. Cette violence qu’ils infligent à l’enfant, écoutant leurs disputes, amène le spectateur à s’identifier à la douleur d’Aliocha et à les haïr. Quand Aliocha disparaît, ils font appel à un groupe de recherche pour le retrouver. Mais de cette recherche ne viendra aucune rédemption particulière…

    Lire la suite

  • Ma vidéothèque idéale: Bienvenue Mr Chance (Hal Ashby)

    Hal Ashby (1929-1988), hélas négligé dans les rétrospectives, a connu son apogée artistique et commerciale dans les années 70. Qui aime cette période du cinéma américain, décrite par Peter Biskind dans Le Nouvel Hollywood, connaît sûrement Harold et Maude, Shampoo, Le retour ou l’excellent La dernière corvée avec Jack Nicholson (chroniqué dans nos pages). Ayant commencé comme monteur sur de nombreux films (Dans la chaleur de la nuit de Jewison), Ashby a réussi à s’imposer comme cinéaste en conjuguant sens du découpage et direction d’acteur. Il était de plus en phase avec les idéaux libertaires de ces années. Son déclin à Hollywood, causé par les drogues, coïncide aussi avec l’arrivée d’un cinéma plus simpliste et beaucoup moins artiste. Dans son œuvre, il y a ce bijou de comédie noire qu’est Bienvenue Mr Chance (Being there), que j’ai découvert il y a plus de 10 ans, lors d’une séance à la Pagode où il avait été présenté par Antoine de Caunes. Je le revois depuis régulièrement, redécouvrant ses nombreuses richesses.

    Lire la suite