Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La mule (Clint Eastwood)

    Les années passent et Clint Eastwood est toujours là. On ne l’avait plus vu à incarner un personnage depuis Gran Torino. On se souvient aussi de son discours embarrassant, devant une chaise vide, à la Convention Républicaine de 2012. Soutenant le candidat Mitt Romney, il s’était fourvoyé dans une adresse confuse à Obama. Certains avaient pensé alors que la vieillesse de Clint était un naufrage. Sa filmographie récente jusqu’à son dernier, La mule, montre que l’âge n’est pas un problème pour lui. Certes ce film n’est pas un sommet comme ont pu l’être Million Dollar baby ou L’échange mais un bon divertissement dans lequel le vénérable a encore des choses profondes à dire.

    Le parcours d’Earl Stone est tiré de l’histoire vraie de Leo Sharp. Cet ancien horticulteur, vétéran de la guerre de Corée, est devenu convoyeur de drogue pour un cartel mexicain. Ce point de départ original donne lieu à un suspense honnête dans lequel Bradley Cooper et Lawrence Fishburne assurent sobrement des rôles de flics. La forme est de plus lumineuse et classique, comme souvent chez Eastwood. Mais c’est avant tout le portrait très ambigu d’un vieil homme, d’un américain de cette génération, qui est intéressant. A 88 ans, la star a sans doute trouvé dans cette histoire l’occasion de faire en filigrane le bilan de sa propre vie.

    Lire la suite

  • Guy (Alex Lutz)

    Guy ne pouvait que me rebuter.  C’est le projet cinématographique d’un comique, certes talentueux, mais dont on pouvait craindre qu’il serve à accélérer une carrière et une présence médiatique. De plus, c’est le portrait fictif d’un chanteur ringard, croisement entre Herbert Léonard, Dave et Gérard Lenorman. Lutz aborde donc un genre prêtant à la caricature facile, à toutes les moqueries pour le fan de Bowie / Iggy Pop que je suis. Mais ce projet se révèle d’une sincérité et d’une justesse cinématographique qui en font un des bons films français de l’année 2018.

    Lire la suite

  • Asako 1 & 2 (Ryusuke Hamaguchi)

    Pour certains, Asako 1 & 2 ne sera qu’une bluette transformée en film d’auteur par la magie de quelques références cinéphiles. Le Monde n’hésite pas à qualifier le film de chef-d’œuvre et à le placer dans la lignée de Vertigo ou de L’avventura parce qu’il joue des figures du dédoublement et de la disparition d’un personnage. Oui c’est bien une bluette en apparence et ça porte les signes du film à l’eau de rose mais c’est tout simplement délicieux !

    Lire la suite

  • 2018: très belle année de cinéma

    2018 a été une année de cinéma riche et diverse. Il est difficile de classer par ordre des films qui ont généré des plaisirs très différents. Plaisir visuel. Plaisir du récit. Plaisir de sentir un film pertinent, sincère, en phase avec l’actualité. Plaisir régressif aussi.

    Lire la suite