Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une prière avant l’aube (Jean-Stéphane Sauvaire)

    Billy Moore (Joe Cole), jeune boxeur anglais, se fait arrêter en Thaïlande pour détention de drogue. Il découvre la prison et sa violence, étape sur le chemin d’une rédemption personnelle. La trame narrative est très classique et l’intérêt du film réside dans sa plongée « physique » dans un monde carcéral vécu comme un enfer par le jeune héros.

    Il nous sera dit le strict minimum, presque rien sur le passé et la vie personnelle de ce jeune anglais. Les premières minutes sont sans dialogue signifiant. Le film de Jean-Stéphane Sauvaire, réalisateur de Johnny Mad dog (2008), nous plonge dans les sensations d’un personnage en manque visible de drogue et d’adrénaline sportive. La caméra portée, les gros plans sur sa peau nous font partager sa tension, sa violence intérieure confrontée à celle de l’extérieur. La bande-son, les bruits et la musique en nappes sonores l’enveloppent comme s’il était happé dans un pandémonium. Le spectateur partage le désarroi du jeune homme qui ne comprend pas les paroles de ses congénères. A quelques exceptions, les paroles des prisonniers ne sont pas traduites. L’enjeu est très simple pour Billy : survivre.

    Lire la suite

  • En liberté ! (Pierre Salvadori)

    On en finit plus de dire du mal des comédies françaises et ceci à juste titre. Poussives, bâclées, mal écrites, pas drôles voire carrément indigentes, de nombreuses horreurs sont produites chaque année et font tout de même le plein de spectateurs. Le genre est à la fois florissant commercialement (Alad’2, Taxi 5, Pattaya) et désastreux d’un point artistique. Ce qu’il y a de moins nul tient de la recette (bons mots, bons comédiens) comme la série La Vérité si je mens ou d’une certaine habileté narrative comme les films de Nakache et Toledano (Le sens de la fête : pas mal).

    Lire la suite